Portrait de Fatima Alaoui, fondatrice du Parti Vert Marocain
Fière et insoumise. Tels sont les mots qui définissent le mieux Fatima Alaoui, fondatrice du Parti National des Verts pour le développement et présidente du forum Maghrébin pour l’environnement et le développement. Dans son bureau, non loin du parlement et de la célèbre Avenue Mohammed V de Rabat, elle porte sur les traits de son visage le poids des combats, des années passées à lutter pour la Démocratie, l’environnement et le bonheur d’être encore aujourd’hui une femme qui ne fait pas la politique mais qui la vit au quotidien. Fatima Alaoui est une femme forte qui résiste aux coups qu’on lui a si souvent portés. Jamais elle n’a flanché, jamais elle n’a pensé abandonner ceux qui la suivent pour un poste que d’autres se seraient arrachés. Presque invincible, elle a su tenir tête au plus grands du royaume, à ceux qui comme le puissant ministre de l’intérieur Driss Basry dans les années 1980 voulaient l’affaiblir et la réduire au silence.

Jeune diplômée en communication environnementale elle s’engage dans les combats environnementaux et produira de nombreux ouvrages et monographies sur le Maroc. Tout au long des années, elle parcourt le monde et les forums mondiaux à Nairobi, Pékin ou encore Paris où elle fait des rencontres qui changeront son existence et guideront son combat. C’est justement après le forum de Rio en juin 1992 que né le parti vert au Maroc, une « troisième voie » selon Fatima Alaoui. Émanation de la société civile et des associations écologistes, le parti plaide pour une démocratie responsable et véritable dans un Maroc où la jeunesse crie son désespoir. Les combats environnementalistes sont aussi au centre de l’attention des Verts, ces derniers sont actuellement très vigilants sur les ressources forestières et halieutiques . Alors que le pays change et se modernise, il apparaît essentiel pour Fatima Alaoui que les ressources naturelles soient dans les mains des populations locales pour qu’ils changent eux même le visage de leurs régions.

« Un jour, alors que comme à mon habitude je dérangeai les gens, on m’a dit de retourner dans mon duar [village], ni une ni deux c’est ce que j’ai fait » nous déclare Fatima Alaoui. Pendant plusieurs mois, elle a, comme elle le dit si bien, créé la pépinière sur laquelle allait grandir le parti des Verts au Maroc. En allant à la rencontre des gens dans les régions les plus reculées ou au cœur de la Médina de Rabat, Fatima Alaoui a tissé des amitiés qu’elle décrit avec émotion, « allez en Médina, parlez de Fatima Alaoui aux femmes qui vendent des crêpes vous verrez ce qu’on a fait ensemble ! ». Que ce soit dans les quartiers pauvres de la capitale ou à Mohamedia pour le lancement de son parti, les marocains n’ont cessé de la suivre et de lui apporter leur soutien malgré les pressions et les arrestations.

Quand on lui parle du Printemps Arabe, Fatima Alaoui remet ses lunettes noires et nous raconte, avec beaucoup de sincérité et d’humanité qu’elle se reconnaît dans ces jeunes insoumis. C’est avec un trémolo émouvant qu’elle nous parle du mouvement du 20 février, le chef d’orchestre des mobilisations sociales qui traversent le Maroc. "Un jour, Oussama Khalifi, « le Ché de Salé » est venu me voir pour me raconter son histoire (…), c’est celle d’un jeune homme qui s’est indigné devant les avantages matériels dont bénéficiait un ministre originaire de son quartier. Passé à tabac, il est devenu une icône, un insoumis comme je l’ai été ». Soutenant ce mouvement et allant même jusqu’à défiler avec eux dans les rues malgré les pressions du Palais pour qu’elle « ne sorte pas », Fatima Alaoui montre chaque jour son attachement aux causes qui comptent.

Fatima Alaoui s’est imprégnée des pratiques politiques pour éviter les pièges du pouvoir. Toujours prête à manifester aux côtés des étudiants chômeurs, des manifestants du 20 février ou des pêcheurs de Dakhla, elle est certainement cette reine de cœur que le royaume attend.
Auteur : Matthieu BRUN
Date : 10-06-2011
Rubrique : Militants de la terre : des élus et des militants engagés
%2Fcontain%2Farticle.php%3Fid_art%3D120
Association Anciela 2005 - 2011 | Contacts | Mentions légales | Développé par Sitcréa
Les documents publiés sont la propriété de leur(s) auteur(s) respectif(s) mais peuvent
être utilisés à des fins citoyennes et militantes écologistes